Expertise immobilière : Cláudia Menino

Expertise immobilière : Cláudia Menino

En janvier 2017, Cláudia Menino est devenue chef de projet chez Grupo Laje Capital après plus de cinq ans d’expérience dans l’immobilier et la construction. Dans cette interview accordée à CASAFARI, lisez son point de vue sur les tendances immobilières de cette année et l’ouverture du secteur aux nouvelles technologies.

Quel a été votre plus grand succès et votre plus grand défi en tant que chef de projet à Laje Capital ?

Je ne pense pas qu’il y ait un seul moment de réussite ou un seul défi à Laje Capital. Dans un travail où nous gérons des projets, le plus grand succès est d’avoir des mini-succès tous les jours, d’être capable de surmonter vos défis et de créer des solutions pour arriver là où vous voulez être.

Je dirais même qu’être chef de projet, c’est être un résolveur de problèmes, car chaque jour, vous êtes impliqué avec tant de personnes et d’entités dont les intérêts sont si différents qu’il est difficile de diriger les efforts de chacun vers un seul objectif.

C’est pourquoi ce sont les petites batailles que vous remportez chaque jour qui ouvrent la voie à la réussite globale d’un projet. Je pense que c’est ce qui vous définit en tant que chef de projet. Et bien sûr, le fait de pouvoir compter sur une bonne équipe.

Comment caractériseriez-vous votre parcours professionnel chez Laje Capital ?

Actuellement, j’ai la chance d’être entouré d’une équipe aussi fantastique et compétente. J’ai commencé par être très impliqué dans un projet, puis par devoir le développer.

Grâce à ces petites réussites, le poste prend soudainement de l’ampleur et vous assumez davantage de responsabilités, ce qui constitue un défi mais vous permet d’évoluer et de vous épanouir professionnellement.

Je pense que ma trajectoire a été très positive ; il y a eu des difficultés et des obstacles, mais je pense que la perspective globale est positive. J’espère continuer à avoir le meilleur impact possible à Laje Capital et dans mes projets.

Comment le secteur immobilier devra-t-il s’adapter à la Proptech ?

C’est également une bonne question. Je pense qu’il est évident que la Proptech est là pour rester et qu’il y a plus à venir. Il faut s’y attendre, car ce type d’évolution s’est produit dans tous les secteurs, des technologies de l’information, pour des raisons évidentes, aux opérations quotidiennes des villes, en passant par le système de santé.

Je pense que la plus grande adaptation sera l’échange culturel et la quantité de choses que les gens devront apprendre. Tout au long de la chaîne de valeur de l’immobilier, nous avons encore des modèles très traditionnels, que l’on retrouve aussi bien dans le courtage que dans la promotion immobilière et l’inspection des bâtiments. Je pense qu’à l’heure actuelle, ce sont les chefs de projet qui seront à la tête de l’évolution, car ils assimilent déjà les nouvelles technologies, comme le BIM (Building Information Modelling), par exemple.

Néanmoins, les personnes du secteur devront suivre une formation importante pour s’adapter à la nouvelle technologie, ce qui les libérera finalement pour d’autres tâches et responsabilités. Je pense qu’il faudra beaucoup de formation et d’ouverture aux nouvelles idées, mais s’adapter à la Proptech est une évidence.

Certains agents ont-ils montré une résistance à la Proptech ?

Oui, et parfois cela a plus à voir avec l’endroit [au Portugal] où ils travaillent. Il y a une énorme différence à Lisbonne et à Porto, et même à Coimbra, où les choses sont beaucoup plus développées et dynamiques, peut-être en raison de la forte présence des universités et de l’innovation technologique. Les gens y sont beaucoup plus ouverts.

Si vous voulez lancer une entreprise immobilière qui vend des propriétés aux habitants de l’Alentejo, il est très peu probable que vous puissiez attirer l’attention des gens avec une application. Tout dépend de la personne à qui vous avez affaire, de la phase dans laquelle se trouve votre projet, de son expérience et de son degré d’ouverture [à l’innovation].

Cela se produit tout au long de la chaîne de valeur, pas seulement dans la vente ou la gestion du projet – cela dépend beaucoup de l’environnement qui entoure le projet. Mais je pense qu’il y a d’énormes disparités dans notre pays ; il y a des gens qui sont vraiment ouverts d’esprit et qui veulent innover très rapidement, et donc il y a encore un mélange.

Quel est le conseil que vous donneriez aux nouveaux agents ?

Je dirais une bonne formation, pour commencer. Il faut comprendre les produits on parle, ce que l’on vend, ce que l’on achète et qui l’on aide.

Malgré ce que beaucoup de gens pensent, l’immobilier n’est pas un secteur facile. Chaque propriété est différente : ce n’est pas parce qu’elles sont situées les unes à côté des autres qu’elles sont identiques. Il faut savoir lire les personnes qui viennent chercher à acheter et à vendre, et il faut avoir une bonne connaissance des domaines dans lesquels il faudra intervenir et expliquer les choses.

Il y a des choses qui doivent changer Si vous voulez effectuer certaines transactions, vous devez savoir comment expliquer et comprendre les domaines dans lesquels vous naviguez. Il faut avoir une bonne formation, de l’empathie avec le client et, surtout, de l’honnêteté.

Quel est le conseil d’un initié pour vendre une propriété en hiver ?

Il est plus facile de vendre en d’autres saisons, car l’hiver fait ressortir encore plus les éventuels défauts du bien. Je pense qu’il faut avant tout bien traiter le bien, il doit être en bon état, quelle que soit la période de l’année.

Essayez également d’attraper un bon moment de la journée pour l’éclairage il est beaucoup plus difficile de montrer une propriété au tout début de la journée parce que l’éclairage n’est pas assez brillant ou qu’il y a encore du brouillard. De même, en fin de journée, il fait déjà nuit. Il est préférable de faire visiter le bien en milieu de journée, lorsque l’éclairage offre l’atmosphère la plus chaleureuse.

Plus sur le blog : Entretien avec Massimo Forte


Julia

Content @CasafariRE – property search for pros. Formerly fintech, international student exchange. Alum @ University of Latvia with a Master degree in Language Studies. In my free time I am practicing yoga, hiking, reading, travelling and learning about different cultures.

Daily, we track 180.000+ property changes in Spain, Portugal, France, etc.

Be the first one to know about price changes, new and sold listings.